M
M
 
Mortalité par cause
Les causes médicales de décès sont établies à partir de la cause principale du décès constatée par le médecin sur le certificat de décès et envoyées à l’INSERM avec les données socio-démographiques en provenance de l’INSEE. Les causes sont ensuite classées selon les 22 chapitres de la 10ème édition de la Classification Internationale des Maladies (CIM-10).
 
Mortalité prématurée
La mortalité prématurée est par, convention, l‘ensemble des décès survenus avant 65 ans.
 
Mortalité prématurée évitable
Certaines causes de décès à l’origine de la mortalité prématurée peuvent être considérées comme "évitables", c’est-à-dire qu’en l’état actuel des connaissances médicales et compte-tenu des capacités de prise en charge du système de soins français, elles ne devraient pas entraîner de décès avant 65 ans.
La liste des causes de décès évitables a été établie par la Fédération Nationale des Observatoires Régionaux de la Santé (FNORS) en s’inspirant à la fois des travaux européens et des travaux menés au sein de l’INSERM. Basée sur la classification simplifiée "S9" de l’INSERM, elle inclut les décès avant 65 ans par typhoïde, tuberculose, tétanos, sida, cancers de la cavité buccale et du pharynx, de l’œsophage, du larynx, de la trachée, des bronches et du poumon, de la peau, du sein, de l’utérus, maladie de Hodgkin, leucémies, psychose alcoolique et cirrhose du foie, cardiopathies rhumatismales chroniques, maladies hypertensives, cardiopathies ischémiques, maladies vasculaires cérébrales, grippe, asthme, ulcères, mortalité maternelle, accidents de la circulation, chutes accidentelles et suicides.
Les décès "évitables" peuvent se subdiviser en deux groupes selon les modalités d’actions capables d’en diminuer la fréquence. Le premier groupe distingue les décès qui pourraient être évités essentiellement par une action sur les facteurs de risques individuels, par exemple décès par cancer du poumon ou accident de la circulation. Le second groupe comprend les décès évitables principalement grâce à une meilleure prise en charge par le système de soins (y compris dans le cadre d’actions de dépistage), éventuellement renforcée par une action sur certains comportements individuels, comme les décès par tuberculose ou cancer du sein
Les travaux européens classent les décès "évitables" en deux groupes selon les modalités d’actions capables d’en diminuer la fréquence. Le premier groupe distingue les décès qui pourraient être évités essentiellement par une action sur les facteurs de risques individuels, par exemple décès par cancer du poumon, alcoolisme, ou encore accident de la circulation. Le second groupe comprend les décès évitables principalement grâce à une meilleure prise en charge par le système de soins (y compris dans le cadre d’actions de dépistage), éventuellement renforcée par une action sur certains comportements individuels, par exemple décès par tuberculose, cancer du sein ou maladies hypertensives.